Il y a bien plus que des gorilles au Rwanda

18-03-2019 Culture café
Rwanda gorilla

« La Suisse de l’Afrique »

De nombreux européens (et je m’inclus dans ce groupe) ne connaissent presque rien d’autre du Rwanda que son atroce génocide du peuple Tutsi, générant la mort de plus d’1 million d’innocents. Ces 25 dernières années, même si personne n’oublie ces horribles évènements, le Rwanda est dans une phase de transformation massive et est rapidement devenu l’une des économies les plus dynamiques du continent après l’Afrique du Sud. De plus, l’accès aux soins et à l’éducation a été nettement amélioré, plus de 90% de la population a accès à la 4G et deux tiers des députés sont des femmes, plaçant le Rwanda dans le Top 5 des pays en termes d’égalité hommes femmes.

Ce petit pays (seulement 260 000 km²) d’Afrique de l’Est compte une jeune population de 12 millions d’habitants avec l’une des densités les plus importantes de la région. La population est en grande partie rurale mais Kigali, la capitale a observé une forte croissance proche du million d’habitants, avec des infrastructures qui n’ont rien à envier à nos villes européennes.

L’agriculture est toujours une partie importante de l’économie. Le café et le thé en sont de gros acteurs, et 97% de la production de café est exportée (24 000 tonnes), représentant autour de $67 millions. Un chiffre qui continuera d’augmenter jusqu’à $75 millions en 2019. Le Rwanda est à la tête de la AFCA (African Fine Coffee Association) et accueille son 17ème congrès à Kigali en février 2019. Une opportunité unique pour la visibilité de la chaîne de production de café Rwandaise et une occasion pour nous de découvrir de nouveaux cafés locaux.

Miser sur café de qualité

Le Rwanda n’est pas en compétition avec ses fameux voisins producteurs de café (l’Ethiopie en tête, suivie pas l’Uganda, la Tanzanie et le Rwanda) sur les volumes de production, mais l’attention des producteurs, des coopératives et des exportateurs est concentrée sur la qualité. En 2017, 58% de la production est du « café de spécialité » (qui était presque inexistant ici en 2002). Le but étant de faire grimper ce chiffre à 80% d’ici 2024. Ces cafés sont non seulement un plaisir pour les papilles des amateurs de café du monde entier, ils garantissent aussi aux producteurs de meilleurs salaires et un meilleur développement pour les communautés.

Cette transformation est le résultat d’un énorme effort, d’une transformation des méthodes de production et le support apporté aux fermiers ces 20 dernières années. Un grand nombre d’ONG ont accompagné sur le terrain cette impressionnante métamorphose à travers un support financier et leur agro-expertise.

Notre soutien…

Nous avons assisté à la AFCA avec Lennart de « Thissideup.coffee » (Jones Brothers Coffee importateur de café vert) qui promeut la transparence, l’équitée et la coopération dans l’échange de « green bean ». Après le congrès, nous rendrons dans la region de Rushashi, au nord du pays pour visiter des plantations de café ainsi que des stations de lavage et rencontrer les producteurs. J’avais particulièrement impatiente de rencontrer les membres de la coopérative des femmes, Abakundakawa Rushashiqui auront surement de merveilleux cafés à nous faire découvrir pour les ajouter à notre « Farmer Coffee Box », arrive bientôt !. En attendant, nous créons une collecte de fonds pour ces coopérative des femmes. Aidez-nous à les aider à construire une maison des hôtes pour tous les amateurs de café qui les visitent ! Cliquez ici !

Chrystele Velayoudon

Directeur Marketing de Jones Brothers Coffee

– De son voyage au Rwanda, février 2019 –